.
 

Celui que la mort a épargné - Anthonela Harlow et Michael Hackman
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Nettie Stevens University :: Mémoires et récits du passé
MessageSujet: Celui que la mort a épargné - Anthonela Harlow et Michael Hackman Dim 10 Juin - 21:27

{Celui que la mort a épargné}


« Les uns doivent rire et les autres pleurer, ainsi va le monde. »
C’est ainsi, par des paroles empruntées à Shakespeare lui-même que le jeune homme avait conclu cette journée funeste.
Il tenait dans ses mains, la feuille d’un brouillon froissé, dont-il n’avait pas jugé utile de faire la lecture, préférant laisser les sombres visages endeuillés rivés sur lui, libres d’interpréter ce que bon leur semblait.
Michael Hackman était le seul survivant du drame. Épargné par les caprices du destin, il portait sur ses épaules une culpabilité à laquelle il ne pouvait échapper à présent. À quoi aurait servi un discours, si ce n’était de nourrir leur rancoeur.

Sans un mot de plus, dans le chuchotement des grésillements du micro, il descendit de l’estrade et s’avança dans l’allée des vingt cinq cercueils, sans l’ombre d’un regard vers les silhouettes vêtues de noir. Il n’était pas difficile de deviner leurs pensées, de sentir le poids de leur chagrin et l’incompréhension qu’ils avaient à son égard. De tous, il ne restait à présent plus que lui et à ce titre, ils lui en voudraient toute sa vie.
Si Anthonela n’avait pas été elle-même accablée par le chagrin, sans doute aurait elle remarqué qu’elle était la seule qu’il avait daigné regarder.
Elle resta longuement devant la tombe de sa mère, même après que son frère soit venue la chercher plusieurs fois. Son corps n’avait plus la volonté de bouger, elle s’était résignée à rester là, malgré la pluie et le froid qui lui glaçaient les os.
Michael s’avança vers elle, sans un mot, ni même un regard. Ils restèrent ainsi de longues heures, abrités sous le parapluie du jeune homme avant que le prêtre lui-même ne les implore de rentrer.


Si dans toute histoire, il faut un début, alors ce moment fut le premier chapitre d'un long et sombre romance. Mais ce n’était pas leur première rencontre et pour en comprendre toute la complexité, il fallait remonter quelques mois et années en arrière, lorsque le sourire d’Anthonela brillait encore d’innocence.
Tony était une adolescente comme beaucoup d’autres, elle avait des amis, une vie bien remplie. Sa mère était l’entraineur de l’équipe de natation et une chose entrainant une autre, la jeune femme se retrouva bien vite sur les traces de sa mère. À l’exception qu’elle préférait plonger, plutôt que concourir à d’interminables courses. Il lui arrivait de croiser l’équipe dirigeait par sa mère, mais jusqu’ici, elle n’avait jamais vraiment fait attention à lui. Michael Hackman, était un bon nageur, pas le premier, mais loin d’être le dernier. Il avait une vie des plus normales, des amis et une petite amie bien sur. Rien ne prédestinait ces deux-là à se fréquenter. Pourtant, lorsque les affres du climat nord-américain gela les routes, que le bus se retourna dans une dangereuse embardée, et qu’il fut établi par un hasardeux coup du sort qu’il était le seul survivant, certains auraient pu prévoir ce qui allait se passer.


Le jeune homme pourtant entouré sombra lentement dans la dépression, à l’instar d’Anthonela qui ne voyait plus aucun intérêt au cours. Par la force des choses, ils finirent par se croiser dans les couloirs et se retrouvèrent à affronter la culpabilité qu’on leur renvoyait au visage. Si lui était le petit enfoiré qui avait survécu, elle, elle était la fille de la salope responsable du massacre de l’équipe de nation. Si Michael savait qu’il n’en était rien, il était inutile de se battre contre un courant d’âmes tourmentées par la peine. Face à tant d’animosité, la sentant toucher le fond, il alla la trouver.


Ils avaient de nombreux points communs et il ne fallut pas longtemps pour qu’ils se rapprochent davantage.
Mais que pourrait-il avenir de deux amants pris au piège des démons de la mort.



Michael aimait sincèrement Anthonela, mais il était obsédé par l’accident. Ses souvenirs le hantaient dans de terribles cauchemars que même la petite brune ne pouvait apaiser. Prise dans l’élan morbide du survivant, elle sombrait lentement avec lui dans la dépression. Ils s’enchainaient l’un et l’autre aux souvenirs des défunts, les emportant dans un dangereux courant qui éveilla l’instinct parental d’Henri Harlow. Soucieux du bien-être de sa fille, il se décida à l’envoyer dans un institut spécialisé.

Michael voulait mourir. Et c’est ainsi qu’il partit, sans elle, ne laissant derrière lui que le gout amer des larmes qui inondaient les joues d’Anthonela. Bien qu’il ait effleuré l’idée qu’elle se joigne à lui, la jeune femme s’y était refusé dans un soubresaut de bon sens. Elle ne l’avait pas cru capable et pourtant, la terrible nouvelle sur son téléphone, manqua de l’achever dans l’instant.



Dévastée par le chagrin, l’esprit embrumé dans le coton des médicaments administrés par l’institut, Anthonela se matérialisa à l’entrée de l’église. Elle traversa la rangée de bancs, vêtue de sa tenue d’hôpital et s’effondra sur le sol devant le cercueil.

Si personne ne compris vraiment comment elle était arrivée là, l’ombre qui l’arracha du sol, en avait par contre la réponse. Sans ménagement, il la tira vers la sortie et apaisa pour un temps son esprit.

_ Qui êtes-vous? Demanda-t-elle en retenant la portière.

L’homme fronça ses sourcils en la faisant rentrer de force dans une voiture.

_ Je suis Julian… Julian Black.
_ Où allons-nous… ? Je ne veux pas rentrer à l’institut.

Le jeune homme roula des yeux avant de refermer la porte sur elle.
Il fit le tour d’un pas rapide et s’installa au volant. Alors qu’elle le dévisageait sans comprendre, il reprit en tournant les clefs.

_ Ça non… Je t’amène à quelqu’un qui pourra t’aider…

La voiture quitta le parking de l’église et Anthonela rentra chez elle, sans n’avoir aucun souvenir de ce qui suivit son apparition dans l'église.



Lily
avatar
Banana addict ♥
Banana addict ♥
Messages : 6084
Date d'inscription : 04/01/2015
Revenir en haut Aller en bas
Celui que la mort a épargné - Anthonela Harlow et Michael Hackman
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» NOLAN ϟ le héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut.
» 『pv marwin』, celui qui craint la mort perd la vie.
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Eldarya :: Nettie Stevens University :: Mémoires et récits du passé-
Sauter vers: