.
 

Celle qui disparait aux yeux du monde - Alexander Moore et Élise Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Nettie Stevens University :: Mémoires et récits du passé
MessageSujet: Celle qui disparait aux yeux du monde - Alexander Moore et Élise Park Dim 10 Juin - 0:20

{Celle qui disparait aux yeux du monde}



Déjà petit, Alexander Moore jouissait de cette aura particulière qui lui attirait toutes les faveurs. Il était facile de sourire pour faire tomber les barrières, facile de prétendre aimer pour obtenir ce que bon lui semblait.
Alors pourquoi en aurait-il été autrement avec elle?

Un simple sourire aurait dû suffire pour, du moins la faire réagir, et pourtant, elle passa devant lui en l’ignorant complètement, comme s'il était parfaitement transparent.
Élise Park marchait comme une ombre dans les couloirs du Collège. Personne ne la remarquait et la plupart ignoraient son nom. Elle se fondait dans le décor, tant et si bien que sans un effort particulier, elle semblait disparaitre totalement par moment.
Si le regard habituellement fuyant d’Alexander Moore, ne s’était pas porté sur elle, peut-être ne l’aurait-il même jamais remarqué.
Ses longues heures de cours à observer cette étrange créature qui semblait appartenir à un autre monde, le laissaient de plus en plus perplexe. Lui l’adolescent à l’exubérante personnalité, adulé par le plus grand nombre, et elle, l’inconnue introvertie, le fantôme de l’école dont la seule preuve de son existence était un nom sur une liste.


Alexander ne pourrait dire ce qui le motiva à l’accoster après un an d’observation assidue. Peut-être était-ce le fait qu’elle semblait souffrir de cette solitude ou bien avait-il compris qu’il partageait le même secret?
Élise Park était une héritière des plus fascinantes. Bien qu’il ait déjà vu d’autres de ses semblables, elle n’en demeurait pas moins intrigante par la facilité de sa capacité à disparaitre aux yeux du monde.

Élise s’était amourachée d’un de ses amis, qui lui, ignorait tout d’elle. Bercé par ses nombreux romans du XIX s, Alexander se sentit l'âme d'un entremetteur. . Ravi d’aider la petite coréenne à la silhouette fantomatique, à devenir moins transparente, ils commencèrent à se voir régulièrement et progressivement, Élise intégra son groupe d’amis. Elle commença à trouver ses marques et de plus en plus d’assurance, lui permettant de prendre pleinement sa place au sein du groupe et de susciter l'attention du jeune homme qui faisait battre son coeur.


Alexander pensait son rôle accomplit, mais c’était sans compter les aléas étourdissants du coeur des femmes.

Un après-midi ensoleillé, après une journée des plus banales, elle le surprit en lui dévoilant ses sentiments. S'il avait toujours cru que c’était de leur ami commun qu’elle était amoureuse, elle lui avoua le contraire, le touchant plus qu’il ne l’aurait cru. Contre toute attente, Alexander répondit favorablement à sa demande et lui et Élise commencèrent leurs relations de la plus chaste des manières.
Ce n’est qu’au bout de trois mois que l’héritier se laissa aller à l’embrasser, achevant les longues journées de flirt qu’ils avaient passées à se tourner autour. Si quelqu'un pouvait parler, il dirait surement que leur relation coulait de source, mais en réalité, toucher l'âme d'un Moore est bien plus difficile qu'il n'y parait.



Elle était douce et discrète, elle ne lui demandait aucun compte, lui faisant pleinement confiance et le laissant libre de ses choix. Élise était coréenne, sa conception du couple avait une légèreté agréable aux yeux et oreilles du trublion américain. Il aimait s’amuser et plaisanter, il disparaissait lors de soirées, la laissant le plus souvent seule sans s'en occuper.
Bien qu’il avait pleinement conscience des répercussions de ses agissements, il préférait ne pas y penser, trouvant un certain réconfort dans la grande bonté de sa si parfaite petite amie. Élise acceptait tout et il s'en contentait.

Mais lorsqu’ils rentrèrent tous deux à la NSU, les choses commencèrent à se  compliquer. Élise perdait pied avec son don, elle ne le maitrisait pas totalement et il lui arrivait de disparaitre en plein cours.
Les fondateurs décidèrent de la placer sous surveillance et par la force des choses, Alexander la vit de moins en moins. Accaparé par la gestion de son propre don et la vie universitaire, il se détacha lentement d’elle, se demandant même s'il avait vraiment aimé un jour.

Alors qu’Élise sombrait sous les effets du sérum, un incident se produisit. Du jour au lendemain il lui fut interdit de la revoir. Consumé par le remords et l'incompréhension, Alexander essaya de la retrouver par ses propres moyens. Il se moquait des répercussions et il défia même la garde rapprochée de Peeves dans un affrontement vain et inutile qui se solda par un gigantesque incendie. Les flammes ravagèrent toute une aile de l'université. piégeant le couple dans une salle de classe.


Alors qu’Élise risquait de mourir consumée par l'élan destructeur de l’héritier qui ne se contrôlait plus, elle disparu totalement, ne laissant derrière elle que le vague souvenir de sa présence et son nom sur un dossier d’affaire non classée.
Personne ne sut jamais réellement ce qu'il était advenue de la petite coréenne. Et bien que la NSU ait longuement enquêté, elle ne fut jamais retrouvée et Alexander ne se remit jamais de sa culpabilité.


Les jours passèrent et après une longue mise à pied, l'héritier réintégra la NSU. Son sourire était toujours sur ses lèvres mais au fond de lui, une brèche profonde s'était ouverte. A partir de ce jour, il ne lui fut plus possible d'établir de liens d'attachements avec les filles qui croisaient sa route.  Il partageait leur lit, mais ne s'investit jamais plus qu'il ne devait.
Encore aujourd'hui, il lui arrive de repenser à elle. Mais que pourrait-il dire pour se racheter...

Lily
avatar
Banana addict ♥
Banana addict ♥
Messages : 6084
Date d'inscription : 04/01/2015
Revenir en haut Aller en bas
Celle qui disparait aux yeux du monde - Alexander Moore et Élise Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Henriette d'Angleterre, mais appelez moi « Madame » !
» Elizabeth Taylor
» [TERMINEE] Alexander Hawkins - Regarde la noirceur dans les yeux bien en face et dis moi ce que tu vois. †
» (terminé) « Et de ses tentacules, la pieuvre l'enserra, solitude infâme qui isole du monde. » [pv Nathanaël]
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Eldarya :: Nettie Stevens University :: Mémoires et récits du passé-
Sauter vers: